Cela fait un moment que je prépare cet article, comme j'en parlais dans mon billet précédent, je me pose plein de questions quand à l'exposition de la grossesse, du bébé. Le blog, c'est devenu mon métier, et j'adore ce que je fais! Mais j'ai choisi ce métier, j'ai choisi l'exposition de ma vie sur les réseaux, j'ai fait ce choix conscient en tant qu'adulte éclairée. Sans juger personne, je vois parfois des mamans qui exposent énormément les enfants, et je ne sais pas trop quoi en penser. Je ne sais pas trop si cela ma gêne, car j'adore lire leurs articles et leurs conseils, j'adore voir leurs looks maman - et il serait triste de devoir nier sa vocation à cause de la maternité. Mais je me questionne quant à leurs enfants, souvent pris en photos, sans comprendre ou leur mot à dire. Je me questionne sur le "après": le moment où ils seront grands, quand ils pourront comprendre. Vont ils souffrir d'avoir été exposé jeunes? Je lisais un article d'une maman blogueuse il y a quelques jours qui parlait de ce phénomène justement, qui regrettait d'avoir trop "raconter" les aventures de son enfant (notamment ses bêtises et ses difficultés à être propre) qu'elle se rendait maintenant compte qu'elle avait ouvert son intimité à lui et qu'elle n'aurait pas du le faire. Son intention était pourtant bonne, elle voulait partager ses épreuves et conseils en tant que jeune maman aux autres mamans. Mais il y a une trace écrite et très lue de son fils et de ses difficultés à être propre sur internet... Une autre blogueuse, peu connue elle pour l'instant, a filmé son accouchement en InstaStory, et depuis la naissance de son fils, chaque minute de sa vie est exposée.
Je n'ai pas encore pris de décision quant à l'exposition de notre enfant. J'aime tellement lire les témoignages des autres femmes. Cela était si rassurant pour moi de lire les updates et déroulement des grossesses d'autres futures mamans. C'est tout de même un chamboulement, et tout est nouveau, donc c'est naturel de chercher l'aide et soutien de femmes qui ont déjà vécu tout cela. La grossesse et la maternité sont encore tellement taboues, je découvre tellement de choses dont on ne m'avait jamais parlé mais qu'apparemment tout le monde savait! Cela me fait un peu penser au sketch de Florence Foresti sur le sujet.

Pour l'instant, j'ai décidé de faire quelques articles grossesse donc, j'ai encore le temps de réfléchir pour le reste. Je vais rester honnête et transparente bien sur mais je ne raconterais pas tout non plus, je garde un peu de mystique pour les prochaines à vivre ces merveilleux moments ;)

LES DEBUTS
Petit flash back donc à mon premier trimestre de grossesse de la conception au 3e mois. Comme évoqué dans mon article précédent qui annonçait l'heureux évènement : petit bébé souhaité mais très rapide tout de même. J'étais encore à fond dans la préparation et stress de mon mariage religieux à l'autre bout du monde. J'ai découvert que j'étais enceinte à mon retour de Dubai, et le premier symptôme était que j'avais très envie de sucré, tout le temps.
Sinon aucun symptôme, j'avais la forme, je me sentais comme d'habitude, mais avec un petit secret.
Comme nous partions à St Barth pour le mariage fin avril, nous avons pris rdv chez le gynécologue pour confirmer la grossesse par échographie et vérifier que tout allait bien.
Premier petit coup dur : on voyait bien un mini bébé, mais je n'étais qu'à six semaines et nous n'avons pas pu entendre le coeur. Moment de solitude quant le médecin annonce alors de ne pas s'emballer et de ne pas annoncer la grossesse avant le 3e mois car elle n'est peut être pas évolutive! J'avoue que cela nous a fait un petit choc quand même, tout heureux de ce petit secret. Autre coup de pression : ZIKA, pas d'épidémie à St Barth mais quelques cas quand même. Il faut savoir que Zika qui se transmet par les moustiques n'est pas très grave, sauf pour les femmes enceintes car ça fait des bébés avec des mini têtes. Le docteur essaye de ne pas trop nous stresser (idéalement il aurait fallu annuler mais comme on était à 2 semaines du mariage avec plus de 50 personnes qui se déplacent, pas vraiment possible, mais choix compliqué quand même). Il faut faire attention et que je ne me fasse pas piquer, ni Max car c'est transmissible sexuellement. L'angoisse totale pour ma part, je me suis achetée plein de robes longues et 10 sprays anti-moustiques dès la sortie de son cabinet.

L'ANNONCE
Avec tous ces éléments, on n'a préféré pas l'annoncer tout de suite. Le Docteur nous a conseillé de le garder pour nous un petit moment. Comme je l'ai raconté dans l'article précédent, je l'ai annoncé à Maxime en terrasse tout naturellement assez rapidement. J'étais trop excitée pour préparer une annonce surprise. Pour nos parents et nos frères et soeurs nous avons attendu un peu - déjà car on avait envie de le dire de vive voix. Pour ma mère, je lui ai montré le test de grossesse ( un peu moyen quand j'y repense), mon père je lui ai dit de vive voix( il m'a limite raccrocher au nez tellement il était surpris et ne trouvait plus ses mots), pour mes beaux-parents nous avons offert le livre "l'art d'être grand-père" de Victor Hugo à mon beau-père... mais il n'a pas saisi tout de suite. Tout le monde était très surpris, mais très très heureux. C'est tout de même un petit bonheur qui prépare son arrivée!
Nous avons attendu après le mariage et presque que je sois au 4e mois (car je voulais qu'on fasse le test ZIKA qui DIEU MERCI était négatif) avant de l'annoncer, petit à petit au reste de la famille et aux amis. Tout le monde était très positifs et heureux pour nous, on a eu que des bonnes surprises ( ce qui a changé de l'annonce de mariage, qui parfois a suscité des réactions très étranges! ;) ).

SUIVI DE GROSSESSE
Le suivi de grossesse... je vais voir mon gynécologue tous les mois et tout se passe bien. C'est mon docteur depuis très longtemps, et je lui fais confiance. La grossesse et tous les choix qui lui incombent, c'est très personnel. Pour moi, c'était primordial d'avoir un médecin, très rigoureux pour me suivre. Tout dépend de la personnalité de la future maman, j'aime savoir toutes mes options, tous les tests à faire, les pourcentages, les risques, les problèmes, les solutions. J'ai besoin de prévoir pour me sentir un peu dans le contrôle, surtout pendant cette période où on ne contrôle pas grand-chose. J'ai besoin de voir mon bébé tous les mois aussi, et il a une machine pour les échographies. Il m'explique tout bien, il accouche dans une clinique privée donc oui c'est plus onéreux, mais je voulais absolument être dans une chambre seule, et être très accompagnée pendant la grossesse, pendant l'accouchement et pendant les premiers jours. Je n'y connais rien aux bébés, j'ai besoin de toute l'aide que l'on peut me donner. Surtout, je me suis entourée d'une équipe médicale en qui j'ai confiance et cela n'a pas de prix. Le mot d'ordre pour la grossesse c'est que la maman soit bien, le plus sereine possible. Donc on n'a décidé de ne pas se soucier des coûts et de prendre des spécialistes renommés, pour le suivi et les échographies. Pareil donc pour le médecin échographie, les échographies sont le moment où on peut déceler des anomalies ou possibles problèmes, et je voulais le meilleur. Je me déplace dans le 7e, et il fait des dépassements d'honoraires mais je préfère. Cela me rassure de savoir que mon bébé est entre de bonnes mains et qu'en cas de soucis, je peux avoir confiance, on m'expose tous les choix qui s'ouvrent à moi. J'adore ces moments chez le docteur, après la petite appréhension passée pendant tous les petits tests plus ou moins de routine, je peux voir la tête de notre futur nous, le voir bouger, son petit profil. C'est des moments trop forts. 
J'ai également télécharger une application sur mon téléphone plus fun : BABYCENTER - qui me donne des petites infos sur le bébé et son évolution toutes les semaines. Elle est gratuite et très complète, j'adore leur comparaison avec la taille des fruits ou légumes. Par exemple, en ce moment-même ou je vous écris, je suis à plus de 26 semaines et le petit baby est à peu près aussi lourd qu'un chou-fleur. Je trouve que ça aide à concrétiser ce petit être, car parfois j'ai un peu du mal à réaliser!

ET MOI?
Et moi dans tout cela? Je me découvre, du moins une autre facette. Je suis devenue ultra protectrice, mais c'était à prévoir. Je déteste que l'on me touche le ventre sans me demander, j'ai l'impression qu'on m'attaque dans mon intimité, mais c'est un autre sujet pour un autre article. Je l'aime déjà, même si parfois je ne réalise pas bien tout ce qui va changer dans nos vies...
Le premier trimestre a été un état de bouleversement. Au début, je ne réalisais pas vraiment ce qu'il se passait, c'est arrivé tellement vite. Je n'ai pas eu ces moments d'appréhension que peuvent avoir les couples qui essayent activement. On a décidé de se lancer dans l'aventure, et elle a commencé avant même que l'on s'en rende bien compte. L'organisation du mariage a également pris une grande place mentale et dans mon coeur. Pendant ces moments, on est tellement focalisé sur l'être aimé, sur l'amour qu'on ressent, sur l'engagement que l'on prend, qu'on a pas vraiment la place pour le reste. Encore une fois, chacun le vie différemment bien sur! Je sais que plusieurs amies m'ont dit que pendant mon mariage, je semblais moins "libre" que d'habitude, plus renfermée je dirais. Et quand j'ai annoncé ma grossesse, elles m'ont dit "on comprends mieux". Alors, que non, ce n'était pas la grossesse, c'était toute l'émotion, tout l'amour que j'avais qui m'a foutu une claque. Une belle claque, mais une claque quand même, j'étais dans un état second, cela me semblait tellement grand, tellement fou, toute la grandeur de faire cette promesse, de m'engager devant Dieu pour la vie entière à une autre personne. J'ai eu énormément d'émotions à gérer. Tout positif, tellement de joie, mais une telle quantité. Et dans ces moments, ma personnalité fait que je me renferme sur moi et sur l'autre, que je ne fais pas trop de place au reste, y compris les amis, et au début donc aussi un peu le bébé. J'étais consciente de porter déjà un petit bout de nous, mais j'ai mis quelques semaines à lui faire de la place émotionnellement - car Maxime avait toute la place.

Retour de bâton, dès le lendemain du mariage, où je commence à être malade, mais très malade. Pendant la lune de miel jusqu'au 4e mois, j'ai été malade entre 5 et 10 fois par jour. Le petit baby a voulu se faire remarquer. Moment un peu dur donc, car j'ai du annuler beaucoup de contrats : Cannes, Calvi, Barcelone et j'en passe. C'était éprouvant de voir mes amies partir aux quatre coins du monde quand j'étais coincée dans mon lit avec ma bassine. J'ai perdu beaucoup de poids, la grossesse ne se voyait pas du tout, j'ai fait de l'anémie, déshydration et j'en passe. Quand on est malade comme ça, le plus dur c'est l'isolement, et j'étais trop faible pour me déplacer. La plupart des copines étaient super cool, venaient me voir à la maison ou proposaient de me sortir au restaurant d'en bas. Il y en a toujours qui ne se rendent pas bien compte car elles ne le vivent pas, et ne comprennent pas pourquoi tu ne peux pas venir boire un coca light chez Monsieur Bleu, mais dans l'ensemble, elles se sont adaptées à moi. Ce qui m'a fait vraiment plaisir, et sentie choyée. C'est dans ces moments ou on se rend compte de celles pour qui ont compte vraiment, qui veulent être présentes même si tu ne ressembles à rien, traîne en pyjama toute la journée et surtout sans avoir à demander et se justifier. Le bibou aussi a été formidable, si gentil et patient (la plupart du temps ;) ), à bien gérer les crises de pleurs, les milliers de litres de coca light à acheter pour la nausée, et les réveils la nuit quand j'étais malade. Le bébé a déjà pris une grande place dans nos vies ;) Mais même pendant ces 3 mois moyen cool, la santé du bébé passait en premier et il allait divinement bien, se développait à vitesse grand V sans problème! 
Depuis le 4e mois, tout va bien, j'ai une super forme, et je suis à nouveau "moi-même" avec juste un petit plus de moi à aimer. Le bidou est sorti d'un coup autour de la fin du 4e mois et grandit depuis. Le 2e trimestre est beaucoup plus facile physiquement, c'est plutôt le moment questionnement et remise en question mais je garde cela pour un prochain article!

En attendant, voici un premier look de grossesse un peu street, pour changer. J'adore m'habiller pendant la grossesse, c'est fun d'habiller le petit bidou! J'en profite pour partager une sélection de petites jupes noires qui vont avec tout. Et vous, comment votre premier trimestre s'est passé?

#OOTD
Veste - Jacket : ZAPA
T-shirt : Pinko


XOXO,
Amélia

Enregistrer un commentaire

Instagram